Confinement, ménage de printemps et réflexion minimaliste.

On est confinés chez nous, et c’est le printemps J’en profite pour faire un graaaand ménage !

J’adore faire du vide. J’ai horreur de l’inutile. J’ai tendance à refuser/me débarrasser rapidement des objets qui ne me servent pas et qui ne m’apportent pas de joie. J’aime les espaces dégagés et la simplicité, cela m’apaise. Je me sens plus sereine, l’esprit moins encombré, plus ouverte à la nouveauté et aux découvertes.

Peu d’objets, des matières naturelles, des plantes, de la lumière… et je suis comblée.

Je suis plus libre aussi. J’ai moins de travail de rangement, de nettoyage et d’entretient à faire. Mon sens esthétique me pousse à agencer les choses de manière à ce que tout me ravisse lorsque je regarde autour de moi.

J’aime posséder peu, mais des choses bien réfléchies. J’aime les objets en matière recyclable et multi-utilisation.

–>Comme mes bocaux en verre Mason Jar que vous voyez tout le temps dans mes stories et vidéos (ils me servent pour les jus/smoothies, pour faire germer des graines, pour mixer avec mon mini blender, pour stocker des aliments, pour mettre du savon liquide ou du vinaigre…)

Car chaque objet que nous achetons à une vie et une mort ; en l’achetant on oublie souvent qu’il sera jeté un jour. ça me semble indispensable pour l’environnement de penser à ce qu’il deviendra. Beaucoup de nos objets vont venir polluer et encombrer le sol et les océans….

J’aime les grands espaces dégagés.

A vrai dire si j’en suis venue à avoir cette vision positive de la simplicité, c’est qu’ayant grandit dans plusieurs pays pauvres d’Afrique parmi des gens ne possédant presque rien mais partageant tout, la sur-possession d’objets a rapidement représenté pour moi une sorte de luxe frisant l’irrespect à la fois envers la planète (puiser dans les ressources pour du superflu, pollution de production et d’élimination…) et envers bon nombre de ses habitants vivant dans la misère.

Ma petite sœur (1 an) et moi (4 ans) au Tchad.

Je peux sembler dure en disant cela, mais ce genre d’enfance marque en humilité. Nous avons tellement accès à tout que bien souvent nous ne réfléchissons plus à ce qui est nécessaire (ce qui nous sort de la misère) et à ce qui ne l’est pas (on a trop de tout, et tant d’objets en doubles…).

L’attachement trop fort aux possessions et la surconsommation nous éloignent de ce qui a vraiment de l’importance. En vérité nous avons besoin de peu de choses.

Ma petite sœur et moi, des années plus tard, cuisinant chez des voisines, au Tchad.

Cette enfance m’a beaucoup amenée à me questionner : « Au final, si tu perdais tout ce que tu possèdes, que te resterait-il ? » A l’image des gens que j’ai pu rencontrer, il me resterait tout ce qui me constitue vraiment. Ma richesse intérieure, mes discussions passionnantes avec les autres, ma curiosité, mon rire, ma gentillesse et ma créativité. Je veux me focaliser sur la constructions de ces capacités intérieures.

Je ne veux pas oublier que même sans le sou je serais riche d’être moi.

Avoir une maison si remplie qu’elle possède ce qui pourrait faire vivre plusieurs familles, acheter ce qui nous passe sous la main sans se soucier de l’impact de nos objets, acquérir des habits dont seule l’étiquette de marque justifie le prix démesuré… Tout cela me semble terrible, outrageux, tellement loin de ce que je souhaiterais pour aller vers un monde plus respectueux et égalitaire.

Ce genre de photo trouvée sur internet me donne envie de… Disons le poliment… Faire du vide !!

Lorsque je range, je réfléchi sur chaque objet, c’est vrai. Mais je vous rassure, j’accepte aussi l’imperfection, je suis bien loin de faire tout à l’idéal, je ne fuis pas devant le moindre bout de plastique ; en plus je suis très créative et cela invite au bazar

 Mais j’essaye de mettre de la conscience dans mes choix, mes actes et dans ce qui m’entoure. Je suis lucide même lorsque je fais un choix moins proche de mes principes, et je sais l’assumer.

Aussi, je souhaite que lorsque je mourrais, mes enfants n’aient pas sur les bras un empire d’objets dont ils ne savent que faire ou qu’ils gardent par attachement et culpabilité. Tout sera en ordre pour eux. Vivre de façon lucide c’est aussi avoir conscience de la suite, de ce qui viendra après nous, des génération futures.

Laissons leur une planète propre et aidons-les à ce centrer sur leurs valeurs intérieures, pour construire un monde plus sain et plus équitable.

Survivor 2020 : mettre en place des forêts comestibles pour assurer notre survie.

Non mais les gens, on a existé des milliers d’années avant les supermarchés et les pâtes en sachets. Pas la peine d’être terrorisés par le manque au point de se battre aux caisses de carrefour pour survivre (cf les infos du soir) ! 🙄😑

Comment ça se fait que l’être humain ai oublié à ce point comment vivre de façon autonome ???

Si le monde s’écroulait et que les aliments dont on dépend jusqu’à présent n’étaient plus approvisionnés, notre option la plus rentables serait à mon avis de mettre en place un peu partout des… (roulement de tambour 🥁)

👉🌳FORÊTS COMESTIBLES🌳👈 !!!

Elles comportent différents étages de végétation afin d’être bien denses et rentables :
– 🍎🍐🍊🍒Des grands arbres fruitiers (pommier, poirier, cerisier, châtaignier…) et à coques (amandes, noix…)
– 🍏Entre eux : des arbustes ou arbrisseaux (fruitiers nains, espaliers…)
– 🥝🍇En dessous : des buissons à baies (framboisiers, groseilliers, kiwi…)
– 🍓🍅🥒🥬Au sol :(fraisiers, tomate…), légumes, plantes médicinales, sauvages comestibles, champignons.
– 🥔🧅🧄🥕Puis dans le sol, les légumes racines (pommes de terres, carottes oignons…)

Ce n’est pas seulement
– un MODÈLE VIABLE (protégeant les écosystèmes, la faune&flore et régénérant un sol et un atmosphère sain),
– qui nécessite PEU D’ENTRETIENT et peu d’arrosage (pas besoin de consacrer une saison au labour de la terre et à la récolte : on a faim -> on cueille),
– c’est aussi 💪 ACCESSIBLE À TOUS 💪 C’est l’autonomie et l’indépendance. C’est l’ABONDANCE. C’est la survie.

C’est ce que j’ai mit en place modestement et a très petite échelle dans mon propre jardin depuis 1 an et demi. Let’s go, les gars, c’est le moment de s’y mettre !

Le survivor-2020 face à la pandémie.

Je suis une fan de survivalisme. Ce que j’adore avec cette « crise », ce sont les possibilités qu’elle offre. J’avais fait une conférence là dessus : si le monde s’effondre, comme dans les films apocalyptiques, quels sont nos moyens de survie ?

Derrière moi, une spirale de plantes médicinales faite avec une méthode de permaculture au potager partagé de Bois d’Arcy dans les Yvelines.

– Redécouvrir les plantes sauvages comestibles,
– Se rendre compte que la meilleure ration de survie c’est des oléagineux et des dattes,
– Si on n’a plus de possibilité de cuisson, savoir que manger cru c’est bénéfique et que ça peut même être délicieux, savoir quoi/comment faire,
– Savoir qu’on peut jeûner pendant des jours sans risques et que c’est même bon pour notre corps,
– Apprendre à faire et consommer des graines germées, véritables boost de nutriments,
– Planter des arbres fruitiers sur son balcon car le fruit c’est la base (les fruitiers sont plus viable au niveau survie et autosuffisance que les sachets de pâtes et de riz),
– Booster son système immunitaire en mangeant plein de fruits et de légumes et en redécouvrant des champignons, grands protecteurs de l’immunité (chaga…)
– Apprendre à jardiner et composter, cela sans produits synthétique, sans plantes stériles et récolter ses propres graines pour être autosuffisant,
– Découvrir le bushcraft et apprendre à bricoler
– Stocker son eau de pluie,
– Coopérer, s’aider les uns les autres avec nos connaissances et nos atouts,
– Mettre à l’honneur le prêt, l’échange, le partage,
– Découvrir que le savon de Marseille c’est efficace, durable et non polluant,
– Savoir utiliser de l’eau et du savon plutôt que du papier toilette,
– Avoir toujours une hache sous la main au cas où les zombies débarquent… (non là je rigole^^, gardez la hache pour le bushcraft et les feux de bois pour vous chauffer^^)

Bref, une occasion géniale de réfléchir à comment prendre soin de soi, des autres et de la planète, de la façon la plus durable, logique et respectueuse possible 🌍 🥰

Mon petit potager autonome

J’ai toujours rêvé de faire mon potager, et de le nourrir avec mon propre compost. Imbibée d’informations sur la permaculture, je souhaitais réaliser une butte autonome, qui nécessite peu d’entretient : en gros on offre un sol riche, on paille, on donne a boire et on laisse faire la nature… Il y a quelques années, lorsque ma soeur m’a présenté le système du Keyhole Garden, ça a été le coup de foudre !

Le terme “Keyhole”, “trou de serrure”, vient de la forme donnée à l’accès au compost, qui rappelle les trous de serrures à l’ancienne !

C’est un système inventé en Afrique (et mes propres années en Afriques n’y sont sans doute pas pour rien dans mon coup de coeur pour ce concept autonome). En fait, c’est une butte de permaculture, mais dans un format différent : le potager est rond (ou carré), surélevé, entouré d’une paroi, et le compost est placé au centre afin de venir nourrir directement la terre qui l’entoure ! Si c’est pas super-intelligent, ça !!

JE.KIFFE.À.DONF.

Mon Keyhole Garden

Ayant emménagé il y a quelques mois dans une maison avec un petit jardin de ville, j’ai décidé de mettre ce système en place. J’ajouterais que c’est appréciable esthétiquement dans un jardin réduit, c’est attrayant (même pour le conjoint geek qui n’aime pas jardiner^^) et c’est sympa pour le dos car on n’a pas besoin de trop se pencher : il fait 50 cm de haut, je me mets à genoux ou je m’accroupis.

Je ne suis pas une grande bricoleuse, mais motivée et avec les conseils de mon père, je m’apprêtais à l’imaginer et le concevoir de mes petites mains. J’avais même fait les plans et été dans des magasins de bricolage pour repérer les prix…

…Lorsque je suis tombée sur une entreprise française engagée, http://monpetitpotager.fr/, (vous pouvez commander via le site de LeroyMerlin) qui vous propose ce système EN KIT ! Oui oui vous m’avez bien lu ! Et made in France, et de bonne qualité, et avec tous les accessoires nécessaires… Ça avait l’air tellement plus simple à mettre en place ! Pour un investissement à peu près équivalent que ce que j’aurais payé en construisant par mes propres moyen avec de bonnes planches (pour le petit, qui coûte 189€ ; le grand je ne sais pas, je n’ai pas calculé car je ne l’avais pas prévu, il est arrivé par surprise !).

Je précise que si vous êtes plus bricoleur que moi, vous pouvez aussi vous procurer des palettes pour le faire à moindre coût !! C’est d’ailleurs ce que mon grand frère à fait avec ses élèves et les Incroyables Comestibles.

N’ayant ni mon frère ni mon père sous la main et soulagée de pouvoir éviter de galérer, j’ai sauté sur ce kit.

Le potager est livré à votre domicile sous forme de colis. Pour monter le keyhole, rien de plus simple : on imbrique les planches les unes dans les autres. J’ai même pu faire ça avec les enfants ! La forme carrée le rend pratique et rapide à monter. Un géotextile est livré avec (mais pas les clous ni évidemment le marteau^^) afin de limiter les herbes envahissantes. On l’accroche le long des planches, à l’intérieur du carré. Le sol quand à lui, est ouvert sur la terre de votre jardin, ce qui permettra aux insectes/vers de terres bien aimés de monter et descendre enrichir votre potager.

On positionne la poubelle à compost, qui est carré elle aussi. Elle a des trous de différentes tailles pour laisser passer le “jus de compost” par capillarité dans la terre de votre potager, l’alimentant en nutriment mais aussi dans une certaine mesure en eau !

Ensuite, on remplit les bacs !

  • On commence par tapisser le sol de cartons (cela évite à certaine herbes de remonter dans votre potager),
  • On ajoute une belle épaisseur de bois mort (j’ai ramassé le mien en forêt et le long des chemins).
  • On alterne les matières fraîches (qui en se décomposant vont dégager de l’azote) et sèches (qui vont dégager du carbone) afin d’avoir une terre équilibrée et riche, de type forêt (le biotope idéal !). On arrose entre chaque couche.
    AZOTE –> tontes d’herbes, feuilles vertes, fumier, algues. (comme mon jardin est vide, j’ai été me poster à la déchèterie et j’ai récupéré des sacs de verdures fraiches que les gens venaient jeter après avoir jardiné ! J’ai aussi piqué du fumier à mon amie qui a un cheval…)
    CARBONE –> carton/papier déchiqueté, feuilles mortes, brindilles/broya (que j’ai récoltées en forêt), cendres, sciure.
  • On fini par 15 à 20cm de terreau (j’ai acheté du terreau pour potager en promo à jardiland).
  • On plante nos végétaux comme si on venait de faire un carré potager (règles de plantation pour carré potager).
  • On paille, pour protéger la vie de la terre, limiter la perte en eau et les herbes envahissantes.

–> J’ai compté un total d’environ 90€ de terreau + paillage + plants pour remplir les deux bacs ; (je testerais l’année prochaine en partant de graines).

Tadam ! Avouez que c’est canooooon !!

Le petit fait 120×120, le grand fait 170×170 (moins l’encoche pour venir déposer son compost). Maintenant il va falloir patienter quelques temps avant que je vous montre le résultat niveau légumes. Vous pourrez me suivre sur instagram ou facebook pour les photos avant même que je fasse le prochain article à ce sujet^^.

DES BISOUS !! (Je suis super excitée, ça se sent, non ??)

Cure de cru du 1er au 7 Juin 2015

photo cure de cru2

Salut ! Avec le site www.legrandchangement.tv sur lequel je fais des vidéos, nous lançons une cure d’alimentation vivante, en participation libre !

Le but ? Augmenter sa santé, son taux vibratoire, son énergie, sa forme, sa beauté, perdre du poids… Prendre de bonnes habitudes, s’initier à l’alimentation vivante…

Pour ce faire, je vous ai concocté un planning alimentaire, avec recettes et liste de courses pour 1 semaine de cure.

Cette semaine se déroulera du 1er au 7 juin 2015, lors de laquelle je ferais chaque jour un atelier de cuisine en direct et répondrais à vos questions !

Si vous ne pouvez pas être présent, vous pouvez tout de même vous inscrire et bénéficier des replays des ateliers en vidéo.

Inscrivez-vous en cliquant ici !

A très vite, j’ai hâte de vous y croiser !

Marion