Mon petit potager autonome

J’ai toujours rêvé de faire mon potager, et de le nourrir avec mon propre compost. Imbibée d’informations sur la permaculture, je souhaitais réaliser une butte autonome, qui nécessite peu d’entretient : en gros on offre un sol riche, on paille, on donne a boire et on laisse faire la nature… Il y a quelques années, lorsque ma soeur m’a présenté le système du Keyhole Garden, ça a été le coup de foudre !

Le terme “Keyhole”, “trou de serrure”, vient de la forme donnée à l’accès au compost, qui rappelle les trous de serrures à l’ancienne !

C’est un système inventé en Afrique (et mes propres années en Afriques n’y sont sans doute pas pour rien dans mon coup de coeur pour ce concept autonome). En fait, c’est une butte de permaculture, mais dans un format différent : le potager est rond (ou carré), surélevé, entouré d’une paroi, et le compost est placé au centre afin de venir nourrir directement la terre qui l’entoure ! Si c’est pas super-intelligent, ça !!

JE.KIFFE.À.DONF.

Mon Keyhole Garden

Ayant emménagé il y a quelques mois dans une maison avec un petit jardin de ville, j’ai décidé de mettre ce système en place. J’ajouterais que c’est appréciable esthétiquement dans un jardin réduit, c’est attrayant (même pour le conjoint geek qui n’aime pas jardiner^^) et c’est sympa pour le dos car on n’a pas besoin de trop se pencher : il fait 50 cm de haut, je me mets à genoux ou je m’accroupis.

Je ne suis pas une grande bricoleuse, mais motivée et avec les conseils de mon père, je m’apprêtais à l’imaginer et le concevoir de mes petites mains. J’avais même fait les plans et été dans des magasins de bricolage pour repérer les prix…

…Lorsque je suis tombée sur une entreprise française engagée, http://monpetitpotager.fr/, (vous pouvez commander via le site de LeroyMerlin) qui vous propose ce système EN KIT ! Oui oui vous m’avez bien lu ! Et made in France, et de bonne qualité, et avec tous les accessoires nécessaires… Ça avait l’air tellement plus simple à mettre en place ! Pour un investissement à peu près équivalent que ce que j’aurais payé en construisant par mes propres moyen avec de bonnes planches (pour le petit, qui coûte 189€ ; le grand je ne sais pas, je n’ai pas calculé car je ne l’avais pas prévu, il est arrivé par surprise !).

Je précise que si vous êtes plus bricoleur que moi, vous pouvez aussi vous procurer des palettes pour le faire à moindre coût !! C’est d’ailleurs ce que mon grand frère à fait avec ses élèves et les Incroyables Comestibles.

N’ayant ni mon frère ni mon père sous la main et soulagée de pouvoir éviter de galérer, j’ai sauté sur ce kit.

Le potager est livré à votre domicile sous forme de colis. Pour monter le keyhole, rien de plus simple : on imbrique les planches les unes dans les autres. J’ai même pu faire ça avec les enfants ! La forme carrée le rend pratique et rapide à monter. Un géotextile est livré avec (mais pas les clous ni évidemment le marteau^^) afin de limiter les herbes envahissantes. On l’accroche le long des planches, à l’intérieur du carré. Le sol quand à lui, est ouvert sur la terre de votre jardin, ce qui permettra aux insectes/vers de terres bien aimés de monter et descendre enrichir votre potager.

On positionne la poubelle à compost, qui est carré elle aussi. Elle a des trous de différentes tailles pour laisser passer le “jus de compost” par capillarité dans la terre de votre potager, l’alimentant en nutriment mais aussi dans une certaine mesure en eau !

Ensuite, on remplit les bacs !

  • On commence par tapisser le sol de cartons (cela évite à certaine herbes de remonter dans votre potager),
  • On ajoute une belle épaisseur de bois mort (j’ai ramassé le mien en forêt et le long des chemins).
  • On alterne les matières fraîches (qui en se décomposant vont dégager de l’azote) et sèches (qui vont dégager du carbone) afin d’avoir une terre équilibrée et riche, de type forêt (le biotope idéal !). On arrose entre chaque couche.
    AZOTE –> tontes d’herbes, feuilles vertes, fumier, algues. (comme mon jardin est vide, j’ai été me poster à la déchèterie et j’ai récupéré des sacs de verdures fraiches que les gens venaient jeter après avoir jardiné ! J’ai aussi piqué du fumier à mon amie qui a un cheval…)
    CARBONE –> carton/papier déchiqueté, feuilles mortes, brindilles/broya (que j’ai récoltées en forêt), cendres, sciure.
  • On fini par 15 à 20cm de terreau (j’ai acheté du terreau pour potager en promo à jardiland).
  • On plante nos végétaux comme si on venait de faire un carré potager (règles de plantation pour carré potager).
  • On paille, pour protéger la vie de la terre, limiter la perte en eau et les herbes envahissantes.

–> J’ai compté un total d’environ 90€ de terreau + paillage + plants pour remplir les deux bacs ; (je testerais l’année prochaine en partant de graines).

Tadam ! Avouez que c’est canooooon !!

Le petit fait 120×120, le grand fait 170×170 (moins l’encoche pour venir déposer son compost). Maintenant il va falloir patienter quelques temps avant que je vous montre le résultat niveau légumes. Vous pourrez me suivre sur instagram ou facebook pour les photos avant même que je fasse le prochain article à ce sujet^^.

DES BISOUS !! (Je suis super excitée, ça se sent, non ??)

J’organise mes plats pour la semaine – Vegan/MostlyRaw/ZéroDéchets

Manger vegan avec beaucoup de cru tout en essayant de limiter ses déchets, cela peut nécessiter de repenser tout son fonctionnement.
Pour économiser du temps et de l’argent, j’achète beaucoup en vrac et je prépare certains aliments à l’avance.

LES LÉGUMINEUSES

Nous mangeons des légumineuses (pois chiches, lentilles…) en sauce, houmous, soupes, falafels ou autre. Comme il faut les faire tremper une nuit et qu’ils sont longs à cuire, j’en prépare de grosses portions à l’avance, que je congèle. J’utilise des sacs de congélation en silicone platinium (ici la marque Stasher). Vous pouvez aussi congeler dans des bocaux. Lorsque je veux les utiliser, je les sors et les laisse dégeler à température ambiante. Pour aller plus vite je peux aussi les tremper avec leur pochette fermée dans de l’eau chaude.

En ce moment, nous faisons notre propre lait de soja (les enfants aiment en consommer au petit déjeuner avec leurs céréales, et j’en avais marre des briques en carton). Je fais tremper une grosse quantité de graines de soja le soir. Puis j’active plusieurs fois ma machine à lait végétal Soyabella afin de préparer plusieurs litres que je place dans des bouteilles en verre. Avec l’okara (les résidus de soja mixés), je prépare de quoi faire des galettes en y ajoutant des flocons d’avoine et des épices puis je conserve cette préparation dans un tuperware en verre au frigo et je la sors au dernier moment quand on veut l’utiliser. Avec le lait je fais aussi des yaourts ou du tofu à tartiner.

LES FÉCULENTS

Je prépare quelques patates douces (4 ou 5) en les cuisant au four à 200°C pendant environ 1 heure. Ensuite je les stocke au frigo dans un récipient. En salade avec un peu d’avocat, c’est une tuerie…!

Un autre ingrédient que je prépare à l’avance est le riz complet, car il est un peu long à cuire. Éventuellement, je cuis aussi du quinoa, il est rapide à cuire mais c’est toujours pratique lorsqu’il est prêt et que je n’ai qu’à l’ajouter à ma salade ou à ma poêlée de légume !

En féculents sucrés pour les enfants, j’achète en vrac des céréales vegans (ex : Krounchy chocolat) que je stocke dans d’énormes bocaux de 3L !

LES LÉGUMES

Je prépare les légumes au dernier moment afin de préserver leur fraîcheur et leurs nutriments. Je consomme beaucoup de verdures. En général au repas, je me prépare des grosses salades de crudités dans lesquelles j’ajoute des légumineuses et des féculents, puis une sauce composée de tahin ou d’avocat, ou simplement d’huile et de jus de citron.

Il arrive que je râpe des carottes à l’avance et les conserve dans un contenant hermétique pour en ajouter dans mes salades.

Le matin, entre mon eau citronnée et mon smoothie, je bois un jus de légumes vert. Je nettoie mes végétaux à l’avance afin qu’ils soient ready to go. Afin de ne pas avoir à faire des jus chaque jour, je fais deux portions de jus vert, une pour boire immédiatement, l’autre bien fermée dans un bocal pour le lendemain matin.

LES FRUITS

De même que pour les légumes, je consomme mes fruits frais ou surgelés (j’achète des myrtilles sauvages surgelées pour mes smoothies ; ce geste n’est pas encore zéro déchet !). J’ai toujours un bocal de dattes achetées en vrac à Grand-Frais sous la main, pour croquer, faire des préparations ou pour ajouter à mon smoothie du matin.

Le goût des bananes très mures ne me plait pas. Alors lorsque j’ai trop de bananes mûres, je congèle celles que je n’aurais pas le temps de manger. Une fois congelées, il suffit de les mixer avec un peu de vanille et de citron pour obtenir une glace crémeuse et vraiment délicieuse, déclinable à l’infini (avec du cacao, de la purée d’amande, des feuilles de menthe…) !

Le matin au levé je bois de l’eau tiède citronnée. Souvent, j’extrais le jus de plusieurs citrons d’un coup et je conserve ça dans un petit bocal au frigo, ainsi j’ai un jus express pour quelques jours. Le citron se conserve très bien grâce à son acidité. Aussi, j’aime ajouter du gingembre et du curcuma lorsque je fais ce jus pour profiter de leurs vertues !

Voilà !

Bonne semaine et à bientôt !

Marion

Montée de kundalini, décembre 2017

23 décembre 2017

Mon amie Marina a passé l’après midi à la maison. Comme c’est une super-médium, elle en a profité pour travailler au niveau énergétique sur ma glande pinéale et sur l’ouverture de mon 3eme oeil. Elle demande d’abord à nos équipes de lumière si je suis prête, ça a l’air ok, alors elle bosse sur moi. Elle me dit que ça peut secouer, que je risque de faire des rêves étranges ou des cauchemars. Moi je me dis que de toute façon, au niveau physique je ne ressens pas grand chose alors ça ira.

25 décembre 2017

Le matin, je pioche une carte d’un nouvel oracle que j’ai offert à ma nièce : “buvez de l’eau”. Je m’hydrate bien ces temps-ci, alors sur le coup je le prends comme un encouragement…

Pendant la nuit, il m’arrive quelque chose de curieux. Je me réveille d’un coup avec une sorte de pétillement ou de vibration dans tout le corps, et des vagues de chaleur. Ça me rappelle la sensation que j’ai lorsque je m’apprête à faire une sortie astrale, sauf que je sais que ce n’est pas ça. Contrairement aux prémices de sorties astrales que je fais habituellement, des images étranges passent dans ma tête à toute vitesse, sans que je puisse les contrôler. Je vois des tranches de vie banales en accéléré, ma soeur qui me raconte quelque chose, mon père dans la cuisine qui vient de revenir de la boulangerie et qui met la table ; puis je vois mon fils (endormit à ma gauche), je vois son bras soudainement se séparer en plusieurs morceaux, et je me dis qu’il faut que je les re-clipse ensemble… Je ne me souvient trop vaguement du reste, à part cette sensation d’images qui s’enchaînent. J’ai des nausées, sans vraiment avoir envie de vomir. J’ai l’impression d’être totalement paralysée, mais pourtant je peux bouger. Dès que j’essaye de retomber dans le sommeil, une vague d’énergie me réveille, ou alors un son sort de ma bouche, comme un râle, et me réveille. J’ai quelques mini-soubresauts. Mon coeur bat vite. Ça dure environ 45 minutes.

Les mots “montée de kundalini” tournent en boucle dans ma tête.

26 décembre 2017

Le lendemain matin, je vais voir les symptômes de la montée de kundalini sur internet, mais je ne les reconnais pas tellement. Je contacte Marina pour lui parler de tout ça. Elle me dit que c’est en effet la kundalini qui se déclenche, mais je lui rétorque que je me sens normale ce matin, pas de différence d’avec avant, pas de perceptions exacerbées ou autre. Elle m’explique alors qu’on n’est pas sensé sentir de grosse différence, elle prend l’exemple de la digestion : “si tu manges tranquillement, tu ne sens pas tes intestins travailler ; mais si tu manges un truc énorme sans mâcher, ça va te rester sur l’estomac et te faire mal au ventre. L’éveil c’est pareil, une montée de kundalini violente est une catastrophe pour l’équilibre humain et on peut mettre beaucoup d’années à s’en remettre (c’est son cas, elle en a subit une à l’adolescence) ; mais lors de l’éveil le plus sécure et profond on n’a pas d’énormes symptômes.”

Je lui demande si je dois faire quelque chose ? Elle me répond que l’archange Mickaël, avec qui elle communique, me dit que je dois juste accompagner, que ça peut sortir par la peau (transpiration, plaques rouges…) donc que l’eau sera ma meilleure alliée ! Je rigole en pensant à la carte oracle “buvez de l’eau” que j’ai pioché la veille sans comprendre.

Elle ajoute que ce genre de cauchemars peuvent durer jusqu’à 2 semaines, et que l’archange Mickaël dit que j’ai un genre d’infusion chez moi, une fleur, qui donne une couleur un peu jaune, qui me ferait du bien le soir avant de dormir pour aider à digérer les cauchemars. Il y a plein de tisanes chez nous, mais plus particulièrement, le 25, matin de Noël, ma soeur m’a offert une tisane qu’elle a rapporté du Tchad, de l’armoise blanche, j’ignore si c’est ça mais c’est ce qui me vient en tête. Je ne sais même pas la couleur que ça donne en infusant car je n’ai pas encore testé, je me demande si c’est blanc (vu le nom). En attendant je regarde sur internet les bienfaits de cette plante et je tombe sur ce texte :

Les indiens utilisent l'armoise toujours comme "sauge". Ils utilisent l'herbe pour la purification spirituelle, pour chasser les mauvais esprits et les énergies négatives. Des faisceaux de feuilles de Calamus avec l'armoise sont toujours utilisées comme talisman. On dit que l'armoise est utile pour l'induction de rêves lucides et du voyage astral. Fumer ou consommer de l'armoise sous forme de plante ou en solution avant de dormir pourrait intensifier les rêves ou leur contrôle et aider à s'en souvenir".

Je suis super étonnée par la coïncidence, surtout que certains de mes rêves, comme le bras de mon fils qui se détache, étaient des rêves lucides, et que j’ai comparé mes ressentis à ceux du voyage astral.

Le soir j’attrape le paquet et je me rend compte qu’en arabe ça s’appelle du “chih”, ce qui est rigolo car ça fait penser au “chi”, l’énergie. J’infuse la tisane… Et en effet, elle est jaune !!! J’en reste bouche bée.

29 décembre 2017

Rien de particulier ne s’est produit jusqu’à présent. Je bois ma tisane tous les jours pour voir si quelque chose survient.

À suivre.

Vivre en Harmonie avec son Cycle Féminin

Dans cette vibra-conférence avec Marina Bruno, médium et clairsensible : “au fil des années, nous avons été conditionné à croire que cycle féminin devait être abordé d’une certaine façon. Nous ne nous sommes pas vraiment posé la question. ma mère faisait ainsi, ma grand mère faisais ainsi et sa mère avant elle, depuis des générations. On nous a donc transmis l’idée que la période menstruelle, était quelque chose de “subit” plutôt que de “vécu”. Parfois même quelque chose de sale et d’honteux. Une fatalité qui revient une fois par mois. On nous a appris a nous protéger avec des linges, des couches, des tampons ou plus récemment une coupe menstruelle. mais, si je vous disais qu’en réalité nulle n’est besoin d’utiliser des protections? Que vous pourriez vivre vos “lunes” sereinement sans avoir à prendre de précaution, de dépenser de l’argent… et plus encore que vous pourriez découvrir une force qui se nichait dans vos entrailles, n’attendant que d’être révélé. Une véritable autonomie, sans béquilles extérieures et ressentir la grâce que d’être femme. qu’en penseriez vous ? N’aurait-il pas suffit de transmettre l’information ?”

Révélez votre Beauté Sacrée

La beauté est un sentiment intemporel et personnel qui est source de plaisir, de joie, d’apaisement. Notre capacité à voir et à créer la beauté guide chacun de nous vers l’harmonie, l’équilibre, l’accomplissement et vers la paix intérieure… celle que nous faisons rayonner autour de nous et qui transforme le monde. Je vous invite à venir réveiller votre propre beauté…