Coaching d’un héros 21 – Refuser la viande, un choix écolo

Ce soir on parle en particulier de l’industrie d’élevage et de son coût environnemental.

Je te recommande ces livres que j’ai lus et appréciés:

Ethique animale – JB J. Vilmer
Les végétariens: Raisons & sentiments – André Méry
Bidoche. L’industrie de la viande menace le monde – F. Niccolino

Et si tu veux écouter l’émission intégrale d’enquêtes-spirituelles, viens par ici!

 

Pour ceux qui ne peuvent/veulent pas regarder de vidéo, voici mon texte retranscrit:

Bonsoir, bienvenus dans Coaching d’un héros numéro 21, la rubrique qui révèle ton héros intérieur pour que tu puisses changer le monde!

 

Ce soir on lie écologie et cause animale, puisque j’aimerais vous parler précisément de l’impact de l’élevage en terme de coût environnemental.

    Pour quelle raison je vous en parle? Tout simplement parce que la FAO estime que la production alimentaire de viande est LE facteur le plus important de réchauffement climatique, loin devant l’ensemble de tout les transport réunis.
Comment ça se fait? On peut annalyser ça sur plusieurs plans:

Déjà on est 7 milliards d’être humains sur cette planète, la grande majorité mangeurs de chair animale. Pour nourrir ces 7 milliards d’être humains, on est obligés de produire un chiffre encore plus conséquent d’animaux de boucherie. Il faut bien mettre ces animaux quelque part, donc on les entasse dans d’immenses infrastructures. Soit dit entre parenthèse, pour que cette industrie soit rentable, on est obligé d’économiser sur certains points, en particulier sur leur bien-être (on a vu ça dans coaching d’un héros 15).

    Ensuite tout ce bétail il faut le nourrir. Pour le faire grandir et grossir plus rapidement (pour une meilleur rentabilité) on leur fournit une alimentation qui est désadaptée: on leur donne pas de l’herbe, mais des céréales, du maïs et du soja généralement OGM, voir des farines animales.

→ Le problème c’est que déjà, la production de céréales à bétail est une production intensive, elle utilise 70% de toutes les terres agricoles. Comme on l’a vu dans mes émissions précédentes, ce type d’agriculture détruit la biodiversité et tue littéralement nos sols.

De plus les pesticides utilisés dans ces cultures ainsi que les produits de la vaccination et les antibiotiques utilisés pour ces milliards d’animaux, se retrouvent également dans les corps des animaux qui les consomment et dans leurs excréments, Du coup ils viennent polluer nos nappes phréatiques, lacs et rivières dans lesquels ils sont rejetés.

Puis pour ce qui est des farines animales qu’on leur donne dans certains pays, ce sont les poissons qui sont utilisés : on vide les océans pour faire grossir et rendre malade notre bétail (comme dans les cas de vache folle d’il y a quelques années). Les Nations Unies prévoient un épuisement des fonds marins d’ici 2050. C’est grave, ça, quand même!

 

Ensuite il faut voir la sphère autour de la production de viande. Si on compte l’eau utilisée en tant que boisson pour ces animaux, celle pour la culture des céréales qu’ils mangent, celle pour les nettoyer. Selon la FAO il faudrait plus de 20.000 L d’eau pour produire 1 seul kg de viande, contre moins de 2.000 L pour 1kg de soja.

D’ailleurs pour produire une forêt comestible comme on l’a vue dans Coaching d’un héros 20, y’a à peu près pas besoin d’eau, puisqu’on recrée un écosystème entier de type forêstier et donc humide! Donc vous savez vers où penche mon coeur!

En tout cas le WWC (World Water Council) de 2004 recommande de privilégier une alimentation végétale!

 

Dans l’industrie d’élevage il faut aussi prendre en considération l’utilisation massive du pétrole, impliqué dans l’augmentation des gazs à effet de serre, à travers la fabrication et l’utilisation des engins agricoles, des véhicules de transport du bétail, des usines de transformation de viande, etc.

 

Il faut enfin visualiser que l’expansion de l’élevage est un facteur clé de déforestation, principalement en Amazonie, à la fois pour faire plus de place pour les parcs à bestiaux, et pour installer des cultures céréalières à destinations de ces animaux. Cette déforestation augmente le réchauffement climatique, on en a parlé la semaine dernière.

On estime que l’équivalent de 7 terrains de football de forêts sont rasés chaque minute dans le monde pour créer davantage d’espace pour la nourriture des animaux d’élevage (7).
Déjà 30 pays auraient perdu leur forêt vierge en 50 ans; ce qui a pour autre impact la disparition d’espèces et d’écosystèmes entiers. Une espèce disparaitrait toutes les 18 minutes dans le monde.

Selon la FAO, on mange 5 fois plus de viande qu’il y a 50 ans, et d’ici 50 ans on doublera encore ce score.

Tout les experts mondiaux s’accordent à dire que l’industrie d’élevage est un véritable calvaire pour notre planète. Mais à côté de ça y’a l’économie du pays, la pression des lobbies et compagnie, résultat notre monde il fonce droit dans un mur et dans les plus hautes sphères de notre société y’a pas grand monde qui bouge.

C’est pour ça que je répète que l’impact individuel est le seul qui compte.

Il est primordial à l’heure actuelle que chacun décide de réduire sa consommation de viande. Et si vous vous en passez complètement, bien sûr c’est encore mieux! Tout est entre nos mains, c’est notre pouvoir de décision, les choix qu’on fait chaque jour, qui comptent et qui font évoluer la société.

    Pour terminer je vous lis une citation de l’anthropologue Margaret Mead
« Il ne faut jamais douter de la capacité d’un petit groupe de citoyens déterminés à changer le monde.

C’est d’ailleurs la seule chose qui ait jamais donné des résultats. »

Merci de votre écoute, vous pouvez retrouver mes vidéos sur www.change-le-monde.com

 

Commentaires Facebook:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *