Le jour où j’ai choisit entre l’amour et la haine

La question la plus profonde et la plus importante que j'ai été amenée à me poser au cours de ma vie est celle de savoir ce qui guidera mes pas. L'amour, ou la haine ?

Lorsqu'on regarde autour de soi on a parfois envie de hurler et de se renfermer sur soi-même dans un sentiment de désespoir.

Au cours de ma vie j'ai croisé des enfants soldats armes aux poings, j'ai vu des gens arnaquer et dépouiller ceux-mêmes qui essayaient de les sortir de la misère, des chefs de village réquisitionner des frigos destinés aux campagnes de vaccination des enfants afin d'y mettre leur bières, des dirigeants utiliser les impôts de la population pour acheter des armes et s'enrichir tandis que la population souffrait. J'ai vu des amis s'engager dans la guerre et mourir, j'ai vu les ravages des attaques faites à la machette sur le corps d'innocents, j'ai bercé dans mes bras des bébés en train de mourir de malnutrition et de malformations. J'ai subit le racisme envers les blancs, les coups et les pierres lancées à la tête. J'ai aussi été violée.

Tout cela bien avant d'avoir seulement 24 ans.

J'ai apprit dans mes tripes à quel point la misère, la violence et la haine nous plongent dans le désespoir et nous donnent envie de haïr le monde à notre tour. Des gens se tournant totalement vers la haine j'en ai connu. Tout cela m'ayant sans doute sensibilisée et ouvert les yeux, j'ai remarqué comment nous infligeons la même violence froide aux animaux, et comment nous détruisons la planète dans l'insouciance la plus totale.

Un jour, à 25 ans, à bout psychiquement, j'ai voulu que tout s'arrête. Je me sentais totalement et irrémédiablement impuissante, et pourtant au fond de moi je décidais qu'il y avait encore une chose que je pouvais faire : décider quel regard je choisirais de porter sur tout cela.

J'avais constaté si longtemps comme le mépris ferme le cœur des gens, comme la colère des autres nous fait nous sentir mal, combien la haine est contagieuse.

Comment briser ce cycle ? La seule solution qui était en mon pouvoir était de cesser de l'alimenter. Après tout si le cercle de la haine est si puissant, c'est parce qu'on le laisse exister, qu'on le laisse avoir prise sur nous. En faisant ça on le perpétue. En faisant vivre la haine et la colère en nous et en le faisant savoir, on l'alimente dans le cœur des gens qui nous croisent.

Alors j'ai cherché à voir si je pouvais inverser ce cycle a mon échelle, pour répandre la paix et l'amour plutôt que la haine et la crainte. J'ai retrouvé l'homme qui m'avait violée, je lui ai parlé en face à face pour le pardonner et j'ai été émue par ses larmes de regret. J'ai réalisé de façon puissante à quel point le pardon est libérateur pour celui qui pardonne, combien cela le détache de la souffrance en lui rendant son propre pouvoir, en le plaçant au dessus de la situation et combien ça lui permet d'aller de l'avant et de se réinventer. Mais ça libère aussi celui ou ceux qui ont mal agit, ça leur donne une véritable chance de changer, et la motivation qui va avec.

C'est ainsi que l'on crée un nouveau cycle, un cycle de paix.

J'ai cherché à créer la paix à mon échelle, à pardonner les gens (et moi-même !) de ne pas êtres parfaits, à ne plus en vouloir au monde d'être tel qu'il est. J'ai cherché à aimer sans condition. La seule chose qui compte c'est qu'il y a une fibre de bonté en chacun, même en les pire bourreaux, cette fibre mérite de l'amour, et nécessite de l'amour pour grandir.

Je ne cherche plus à avoir de l'impact, à convaincre, à changer les choses ou les gens car ça n'a jamais marché, créant parfois l'effet inverse de celui escompté. Cela peut vous sembler étrange, mais je suis convaincue que c'est lorsque l'on lâche-prise et que l'on cesse de vouloir tout changer, que l'on permet justement aux choses de changer…

A 25 ans j'ai pris la décision ferme d'amorcer le changement dans le cœur des gens par ma simple attitude pacifiste et positive à leur égard et à l'égard du monde. C'est la seule chose que je puisse faire, le reste dépendant d'eux… et j'ai apprit à me détacher de ce qu'ils en feront.

Imaginez vous au côté d'une personne sereine, joyeuse et heureuse de vivre, qui vous accepte tel que vous êtes sans chercher à vous transformer selon ses attentes, qui vous encourage au quotidien, crois en ce qu'il y a de beau en vous, vous témoigne son admiration. N'auriez-vous pas le sentiment que tout vous est possible, que la vie est merveilleuse ? N'auriez-vous pas envie de devenir chaque jour meilleur grâce à elle ? Eh bien, soyez cette personne, inspirez cela aux autres, vous ancrerez l'amour et la paix dans les cœurs.

« Les gens ont tendance à voir en eux-mêmes ce que l'ont voit en eux. Plus grandiose est notre vision, plus grande sera leur volonté d'atteindre et d'exposer la part d'eux-mêmes que nous leur avons montré. » Neale Donald Walsh.

Et peu importe que vous ne perceviez pas le changement. Je préfère en être détachée car il peut prendre bien des formes, emprunter bien des chemins, qui me sont inconnus, qui ne dépendent plus de moi.

L'essentiel, c'est que j'agis, je donne le meilleur, je fais ma part.

Ma force je l'ai puisée dans cette certitude que quoi qu'il arrive, je ne laisserais pas les évènements me plonger dans la haine de l'autre. Chacune de mes réactions, chacun de mes choix de vie, de consommation, tendent vers cette paix. Ce n'est pas un point de vue naïf, je pense au contraire que c'est le choix le plus lucide et le plus puissant que j'ai pu faire dans ma vie.

Ne vous sous-estimez pas, car cette façon d'agir, de choisir et donner l'amour sans attente et donc sans relâche, est l'action la plus puissante au monde. Son influence et ses implications dépassent tout ce que vous pouvez imaginer.

Alors que je ne fais que m'exprimer sur ces thèmes, aujourd'hui vous êtes plusieurs milliers à me suivre et à être touchés par cette paix et le chiffre grandit de jour en jour ! Regardez comment nous la propageons ensemble, combien elle est puissante, combien VOUS êtes de puissants héros.

L'amour est déjà en vous, personne ne peut vous l'enlever. A vous de le faire vibrer de façon victorieuse et de changer le monde.

 

 

Commentaires Facebook:

3 thoughts on “Le jour où j’ai choisit entre l’amour et la haine

  1. Merci Marion,
    Je t’adore et j’adore tes videos, j’ai envie de reverdir la planete grace a toi , j’y connais rien mais j’ai envie d apprendre, j’envie de me mettre a une alimentation vivante ca prendra le temps qu il faut, j’ai 3 enfants de moins de 5 ans ca me plairait d’avoir un pe plus de video du quotidien avec tes enfants car j’essaie d’enlever une education ordinaire vers une education bienveillance et une nounou telévision par des ateliers montessori….
    Merci pour tout tu es super continue de me faire rever
    a+

  2. Rien à rajouter, ça me rappelle le livre du Grand Lama  » L’art du bonheur »,tout est dit mais la mise en pratique n’est pas si aisée, quand on voit ce qu’il se passe dans notre société, il n’est pas si facile d’être serein, mais il faut perseverer , toujours rester concentrer sur cette ligne de vie
    Bien à vous

  3. merci Marion pour ce magnifique témoignage très touchant.
    Tu as su retourner le négatif en positif, c’est un magnifique cadeau que tu t’es fais mais que tu as aussi fait à l’humanité et à tout ces gens qui te suivent aujourd’hui.
    J’ai vécu des souffrances certes trs différentes des tiennes et bien moins lourdes et comme toi j’ai choisi de transformer mon regard sur le monde, et je remercie tout ce que la vie m’offre aujourd’hui.
    merci Marion pour tout ce que tu fais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *