Coaching d’un héros 19 – Pourquoi consommer bio ?

Au programme ce soir: agriculture intensive vs agriculture biologique!

Lectures que je recommande:

Le sol, la terre et les champs : Pour retrouver une agriculture saine – Claude Bourguignon
Manifeste pour la terre et l’humanisme : Pour une insurrection des consciences – Pierre Rhabi
L’agroterrorisme dans nos assiettes – Michel Tarrier

Et si tu veux écouter l’émission intégrale d’enquêtes spirituelles, viens par ici!

Pour ceux qui ne peuvent/veulent pas regarder de vidéo, en voici le texte:

Salut à tous, bienvenus dans Coaching d’un héros numéro 19, la rubrique qui révèle ton héros intérieur afin que tu changes le monde et l’amène vers plus d’équilibre et de paix.

Ce soir et dans les semaines qui viennent, je vais vous parler d’écologie et vous allez comprendre profondément l’importance de vos choix personnels.

L’écologie, c’est LA donnée à prendre absolument en compte actuellement.
Pour vous expliquer pourquoi, je vais commencer par parler de la terre, de l’agriculture, puisque se nourrir c’est un besoin essentiel à l’être humain.

La terre c’est la fusion entre 2 mondes: le monde minéral (l’argile) et le monde organique (l’humus). C’est le milieu le plus riche de la planète, il accueille 80% des êtres vivants. On vis tous grâce et en fonction de cette vie souterraine.
Dans notre monde actuel, on est en train littéralement de massacrer ce monde dont on dépend.
La France est le 2e consommateur mondial de pesticides après les états unis, (pour une surface qui est quand même vachement plus petite!). Donc. On utilise des pesticides pour se débarrasser de cette faune, sans distinction, sans trop se poser de question sur ce que l’on tue et sur l’impact que ça a.

Un sol sain c’est un sol vivant, aéré, moelleux, riche en matière organique, l’humus (comme le sol de la forêt). La grande variété de végétaux qui vit dessus l’enrichit en matière organique: les fruits, feuilles et branches mortes se décomposent et nourrissent une très grande diversité d’être vivants.

Les sols cultivés actuellement, ils étaient sains au départ, y’a 60 ans, avant qu’on commence à les exploiter avec l’agriculture intensive, ses pesticides et ses fertilisants.

En balançant des fertilisants qu’est ce qui se passe : on fait disparaître l’humus. Alors toute cette faune qui s’en nourrissait meurt.
C’est problématique: parce que lorsque la pluie faisait descendre les éléments minéraux dans les profondeurs du sol, la faune elle, les petites bêtes, permettait aux éléments minéraux de remonter vers la surface pour venir nourrir les plantes.
Mais il n’y a plus de faune! Il y a 50 ans en europe, on trouvait 2 tonnes de vers de terre à l’hectare. De nos jours on en trouve à peine 50kg.
Claude Bourguignon, qui est agronome microbiologiste des sols et de qui je m’inspire pour cette émission, nous explique que « Nous observons une chute régulière et absolument constante de l’activité biologique des sols sur ces 20 dernières années »
Sans faune, évidemment, plus de flore! Actuellement, depuis 1984, les rendements stagnent à cause de la mort des sols. (et je vous laisse imaginer la qualité nutritionnelle des aliments qui poussent sur ces sols).
Un sol exploité devient sec, compact, resserré, érodé. La pluie n’y rentre plus. (ce qui, entre parenthèse, augmente les inondations!)
On entre dans la dégradation chimique des sols, leur appauvrissement puis leur mort par désertification.

Cette agriculture est destructive pour l’environnement. 10 millions d’hectare sont désertifiés chaque année et 5 million sont bétonnés. On perd donc 15 millions de terre cultivées chaque année.

Aux débuts de l’agriculture il y a 6 mille an il y avait 11% de déserts sur la planète, à présent ça a presque triplé, il y en a 32%. La moitié de cette désertification a eu lieu rien que ces 100 dernières années!

Et pour remédier à ce désagrément, au lieu de restaurer les sols, qu’est ce qu’on fait, on augmente les surfaces de cultures en déforestant!
On déforeste 15million d’hectare/an, de préférence dans les terres tropicales. (D’où les ouragans (on a divisé par 2 les pluviométries)

Pierre Rabhi, un grand agriculteur philosophe de notre époque, résume en disant qu’on “détruit ce qui doit entretenir nos vies.”

Quelles solutions on a? L’agriculture classique va devoir changer. Il faut apprendre à cultiver la terre sans l’éroder, pour restaurer nos sols. Et restaurer des sols morts, ça va prendre beaucoup de temps.
En tant que héros il faut dès à présent impérativement encourager l’agriculture biologique, sans pesticides, sans engrais (dans un premier temps). Le “bio” c’est au delà d’un phénomène de mode, c’est une nécessité vitale sans laquelle on n’aura pas de futur.

Encourager le bio ça consiste en quoi? Ça consiste en choisir des produits bio, augmenter la demande, pour que l’offre et la production se tournent de ce côté là. Acheter de préférence en local, aux petits agriculteurs. Acheter des produits entiers, au plus proches de la nature. Il faut aussi refuser les OGM, parce que ce sont des végétaux stériles qui ne permettent pas la vie et nuisent à la biodiversité, (en plus les OGM forcent les agriculteurs à racheter des graines tout les ans, ça les rends dépendants face aux industries et ils ne devraient pas l’être.)
Ce serait judicieux aussi d’éduquer nos enfants autrement, de les sortir de notre système éducatif actuel (comme on l’a vu dans Coaching d’un héros 12) qui encourage la concurrence et la rivalité et qui poursuit la construction d’un monde tourné vers le profit et l’individualisme. Tournons plutôt nos enfants vers la coopération, le respect du vivant et la créativité, ça leur sera bien plus utile pour le futur qui les attends.

La semaine prochaine on ira encore plus loin car on parlera de permaculture et d’autosuffisance alimentaire.

Sur ce je vous laisse, chers héros, et je vous dis à la semaine prochaine!
Vous pouvez retrouver mes vidéos sur mon site www.change-le-monde.com et cette rubrique dans le magazine d’enquêtes-spirituelles.

Commentaires Facebook:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *